Nos pasteurs, nos diacres et notre prédicateur :


Prédicateur

Marc Jeanneret

Marc Jeanneret

Prédicateur rattaché à Plan-les-Ouates, délégué au Conseil régional

Mais quel peut bien être le rôle particulier d’un prédicateur qui n’a pas suivi une formation de ministre de l’Eglise ?
Depuis environ 25 ans que je suis appelé à faire des cultes, je me pose la question à chaque occasion, et encore plus avec l‘âge qui avance (je suis depuis quelques années retraité de l’enseignement).
En plus de mon rôle de conseiller de paroisse délégué au Consistoire, j’ai le bonheur d’être prédicateur à Genève, surtout dans la région Salève, et dans la paroisse de Montreux. Au début, il s’agissait d’abord de remplacer un pasteur qui n’était pas disponible afin qu’un maximum de cultes puissent être maintenus dans un maximum de lieux, mais avec le temps, prédicateur est devenu un ministère reconnu en tant que tel.
Et c’est tant mieux car ainsi il n’y a pas de confusion entre prédicateur et pasteur, le premier ne remplaçant pas le second, ne serait-ce que parce qu’il n’a pas en mains les mêmes « outils » d’exégèse, comme par exemple le grec ou l’hébreu et tant d’autres connaissances.
Alors comment rendre compte à la communauté qui m’a appelé (car on ne s’autoproclame pas prédicateur !) de mon espérance en ce Dieu qui me rencontre dans un texte qui m’a touché ?
Tout prédicateur n’a rien à inventer, le texte ne lui appartient pas, mais il est appelé à le relire pour le redire, et je suis alors invité à dire, avec le secours de l’Esprit, mon témoignage sur ce passage de l’Ecriture.
Et savez-vous quoi ? Eh bien, même si sa préparation m’inquiète un peu et me fera tellement transpirer, je me réjouis déjà du prochain culte que j’aurai la responsabilité de présenter, car je pourrai rencontrer des gens et partager la Bonne Nouvelle de la grâce de Dieu à travers un texte et une liturgie qui nous aidera à vivre en communauté la rencontre avec Celui qui nous accueille.