Nos pasteurs, nos diacres et notre prédicateur :


Pasteurs

 

Olivier Corthay

Olivier Corthay

Président Pastorale Salève
Pasteur répondant pour Plan-les-Ouates

079 602 80 82
022 771 15 43 bureau à Plan-les-Ouates

Je m’appelle Olivier Corthay et j’ai 56 ans.
En couple avec Catherine depuis 20 ans, nous avons la joie d’avoir trois garçons, Jonathan 27 ans, Anthony 24 ans et Bastien 18 ans…
Genève est mon canton. J’y suis né. J’y ai grandi et j’y ai fait toutes mes études dont, finalement celles de théologie. À l’issue de cette formation, j’ai accompli mes deux années de stage à la paroisse de Chêne et à l’hôpital des 3 Chênes. Après 14 ans à Cologny pour mon premier poste, j’ai été pasteur à Anières-Vésenaz pendant 12 ans, toujours avec cette vision d’un ministère de généraliste au service de l’humain, accompagné le mieux possible dans toutes les étapes de sa vie!
Arrivé voici deux ans dans la région Salève, mon principal port d’attache est à la paroisse de Plan-les-Ouates, Bardonnex, Perly-Certoux. Mais, comme président de la Pastorale, je gagne régulièrement d’autres ports de la région et du canton. J’assume également la responsabilité régionale de l’Enfance et du week-end annuel de Monterêt
Passionné de randonnée, j’ai eu la chance de bénéficier d’un congé sabbatique entre mars et juillet 2016 qui m’a permis de prendre un grand bol d’air sur les hauteurs, principalement comme gardien à la cabane des Audannes! Un temps de « vacances » bienfaisant qui me voit remettre l’ouvrage ministériel sur le métier avec un nouvel élan !

Nils Phildius
Nils Phildius

Pasteur, délégué à paroisse de Lancy Grand-Sud

076 369 39 96

A partir du 1er septembre, je serai pasteur à 60% dans la Région Salève, répondant de la paroisse Lancy Grand-Sud. Je me réjouis donc de faire votre connaissance. Qui suis-je ?
Je pourrais dire ceci : né au Rwanda, helvetico-danois, 49 ans, je suis marié et j’ai 4 grands enfants. Consacré pasteur dans l’Eglise réformée du canton de Neuchâtel, j’ai été 13 ans pasteur de paroisse, à la Chaux-de-Fonds, à Malagnou et à Bernex – Confignon. Un ministère très heureux. Puis, durant 8 ans, j’ai été le « chargé de la formation professionnelle » de notre Eglise : une lourde responsabilité mais j’y ai énormément appris sur tous les plans. Je reviens maintenant à un ministère paroissial – tout en continuant d’animer l’ « Atelier de spiritualité chrétienne » chaque semaine au temple de la Madeleine (pour le 40% restant). Suis-je ce parcours ?
Je pourrais aussi dire ceci : plusieurs crises dans ma vie ont été, pour moi, des occasions de profondes remises en question. Pour les traverser, j’ai été voir « ailleurs », rencontrer des personnes d’une qualité humaine et spirituelle incroyable… Pour moi, c’est le Christ qui m’appelait à naître de nouveau. Cela a complètement reconfiguré ma théologie et ma spiritualité. Suis-je cette évolution intérieure ?
Je pourrais encore dire ceci : ces dernières années, j’ai ouvert les yeux sur des mondes inconnus jusque-là. Un diplôme de formateur d’adultes, un autre de thérapeute et une formation sur les exercices spirituels de St-Ignace m’ont permis de dépasser beaucoup de préjugés (pas tous…), découvrir d’autres spiritualités, approfondir la pratique du silence et de la méditation. Suis-je ce que j’ai appris ?
L’Être profond est d’une immensité bien plus grande que tout ce que nous avons vécu ou appris et, en même temps, c’est ainsi qu’il se manifeste extérieurement. Qui est « Je suis » ? Où est notre « Source intérieure » ? Comment la découvrir, en faire l’expérience ? Ce sont les questions que j’ai envie de partager et de vivre avec vous dans la joie et la légèreté !

Elisabeth Schenker

Elisabeth Schenker

Pasteur répondant pour Carouge
077 488 90 99

Animatrice puis ergothérapeute de formation initiale, je suis ce que l’on appelle « une vocation tardive ». Après une première année de ministère pastoral en région Centre-Ville Rive Droite, très riche, c’est avec une grande joie que je reviens dans la région Salève, où j’ai eu la chance de faire mon stage en paroisse, après des études à la faculté autonome de théologie de Genève. Engagée au sein de l’équipe pastorale de région, mon ministère sera partagé en tre la tâche de répondante de la paroisse de Carouge et celle d’aumônier des hôpitaux. Je me réjouis de faire la connaissance de chacune et de chacun au fil du temps, des évènements régionaux, des cultes et des rencontres.


Diacres

 

Philippe Rohr

Philippe Rohr

Diacre-aumônier en région,

079 609 32 87

Il n’y a pas seulement les épreuves que la vie peut réserver… les difficultés, la souffrance… Il y a aussi les questions que l’on se pose, en chemin; les crises éventuelles que l’on a à traverser; les événements qui marquent le cours de notre existence telle qu’elle est !

Et bien c’est dans cette perspective-là que je suis présent, dans notre région d’Eglise…
afin d’être disponible pour écouter… et pour accompagner… au miroir de la Parole du Christ.

Elle est la vocation reçue, dès mon ouverture à la foi, à l’âge de 40 ans…, qui se poursuit et se développe à travers tous les lieux et les ministères qu’il m’a été donné de connaître en Eglise (présence auprès de requérants d’asile déboutés dans le canton de Vaud; aumônerie de prison à Champ-Dollon; présence en ville, à Onex, à la Servette, à Carouge et dans la région « Salève »).

Garder un espace ouvert pour accompagner les uns et les autres, dans cette « triple écoute » à laquelle nous sommes appelés, au jour le jour. Ainsi que Jésus le rappelle, en affirmant que tout l’Enseignement tient dans une attention et un accueil… de Dieu… du prochain (dans sa différence)… et de soi-même (dans sa propre réalité personnelle, pas forcément mieux connue !) [cf. Evangile de Matthieu 22, 37-40].

Nous sommes donc appelés à cheminer dans et vers la vérité : de Dieu, de l’autre et de nous-mêmes. Ce n’est pas par hasard, si le Christ se définit comme « Chemin, Vérité, Vie » (Evangile de Jean, 14,6).

C’est pour servir ce cheminement-là que je me tiens disponible… pour une rencontre… pour une relation de compagnonnage et d’écoute… pour la prière commune.

C’est un ministère tout simple, qui espère se concentrer sur l’essentiel.

Ecoute de la parole du prochain – c’est à dire de quiconque est en recherche et en besoin de se confier, sous l’angle de la vie spirituelle et du cheminement personnel.
Ecoute de la Parole du Christ, qui est révélation de la Parole de Dieu, et source de la vie de prière.

N’hésitez pas à me contacter ! Je peux vous recevoir en entretien à mon bureau, 3 bvd. des Promenades à Carouge (sur rendez-vous), ou me déplacer pour venir jusqu’à vous.

CRieben

Christophe Rieben

Diacre, répondant de Troinex-Veyrier
et responsable jeunesse de la région Salève

0033 67 166 52 75

Venir dans votre Région, c’est comme un retour aux sources pour moi.
Oui, certain-e-s d’entre vous me connaissent déjà d’une façon ou d’une autre…
Mais en deux mots pour ceux qui ne me connaissent pas du tout…
En 1996, j’ai eu un grave accident de la route qui m’a rendu paraplégique. Cette expérience douloureuse à tous les niveaux m’a fait évoluer d’une manière brutale, mais super positive. J’ai réalisé à ce moment que la vie est vraiment fragile, mais surtout qu’elle est un cadeau merveilleux. Cela ne m’a pas empêché de me marier, il y a 8 belles années, à une femme que j’aime profondément et d’être père de trois enfants pleins de vie et de joie : Camille 2 ans, Théo 4 ans et Amandine 6 ans.
Je suis passionné d’histoire et particulièrement d’histoire médiévale. Je fais partie d’une troupe de reconstitution qui fait revivre la vie quotidienne d’une troupe de Bernois lors des guerres de Bourgogne.
J’ai grandi à Vessy, fait mon parcours scolaire dans la région (CO de Pinchat et collège De Staël) et mon KT à la paroisse de Troinex-Veyrier.
Dans les années 90, j’ai eu l’occasion de m’occuper des groupes de jeunes (ados et KT) de la paroisse de T-V et, après une coupure, je suis revenu prendre en charge les groupes d’ados et donner un coup de mains pour le KT. J’ai aussi assuré les cultes à la maison de Vessy durant plusieurs années, ce qui n’avait rien à voir avec la jeunesse, mais m’a permis de vivre des rencontres tout autant chaleureuses et profondes.
Après un stage paroissial à Chêne et un autre à l’aumônerie de l’hôpital, j’ai été engagé en 2008 au Service Jeunesse (qui est aujourd’hui le Service de Catéchèse, Formation et Animation) dans lequel j’ai approfondi ma vocation auprès des jeunes et fait mes premières armes dans mon ministère diaconal.
Ce qui me porte dans mon ministère, c’est de pouvoir échanger, partager et témoigner de ma foi. Peut-être est-ce dû à mon parcours de vie un peu chaotique et bousculé, mais j’aime mettre ma foi à l’épreuve du doute, du questionnement et des autres. Et quel meilleur terreau que celui des jeunes ? Quelle joie de les voir crocher, partager leur vécu et oser, simplement oser, participer à quelque chose de plus grand, qui les dépasse, qui nous dépasse, mais qui nous porte.
Être tous témoins du Christ vivant, aimant pour les uns et pour les autres, voilà ce que j’aimerais partager dans cette Région, vivre une Parole de vie, d’avenir, de devenir ensemble, et pas seulement avec les jeunes. C’est un appel auquel il me tarde de répondre.

Georges Deshusses août 2014
George Deshusses

Diacre

022 807 27 30 / 076 332 27 30

J’exerce le ministère diaconal dans l’EPG depuis 35 ans, après avoir été au service de plusieurs paroisses en ville de Genève, je suis depuis quelques années Animateur Terre nouvelle, cela consiste à faire vivre l’entraide, le développement et la mission des trois œuvres protestantes que sont Pain pour le prochain, DM-échange et mission et l’Entraide protestante suisse au sein de notre Eglise. Et depuis une année mon autre mi-temps est au service de la Région Salève et plus particulièrement dès septembre l’aumônerie de la Maison de Vessy et de l’EMS de Drize.
Je suis marié à Annette, jeune retraitée de l’IMAD, nous avons deux fils de 35 et 38 ans. Nous adorons la marche en moyenne montagne, les rencontres avec des amis.

Je médite souvent cette phrase tirée du livre l’Autre Dieu de Marion Muller-Collard, On reconnaît ses amis à ce qu’ils savent supporter la présence palpable du malheur, sans fuir ni ouvrir la bouche en vaines consolations…

Georges Deshusses, août 2015